Dans la plupart des pays africains, les toitures des maisons sont majoritairement en tôle. Pourtant, cette armature n’a pas que des avantages et est souvent onéreuse. Calvin Tiam, ingénieur camerounais estime qu’il y a une meilleure solution.

calvin-tiam

Le constat est simple, au Burkina Faso où il poursuit ses études, Calvin Tiam se rend compte que plus de 80% des maisons sont couvertes de tôle métallique. Le paradoxe qui l’emmène à pousser ses recherches, c’est que ce matériau produit énormément de chaleur, alors que le pays ou entendre la météo annoncer 40 degrés Celsius n’étonne personne. Il fallait donc trouver une solution. Les recherches de Calvin intéressent les laboratoires de 2iE (Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement). Ces recherches aboutissent sur la création des premiers prototypes de TECO² (TM).

Ce matériau, ce sont des plaques de plastique brunâtre (rudes au toucher et d’une grande épaisseur), dont le procédé de fabrication utilisé empêche tout rejet nocif de matières plastiques dans l’atmosphère. Dans les laboratoires de 2iE, plusieurs tests ont été effectués sur les prototypes de TECO². Les résultats sont assez convaincants pour conclure que le matériau répond aux normes internationales pour ce qui est de la sécurité incendie. Pour, Calvin Tiam c’est à un autre problème non moins grave auquel ce matériau apportera des solutions, il s’agit de la dissémination des sachets plastiques dans les rues. Ainsi, d’ici 2018, l’ingénieur prévoit le recyclage de de 500 tonnes de déchets plastiques par années.

Un matériau issu du recyclage, répondant aux normes internationales du point de vue environnemental et sécuritaire, disposant d’un pouvoir isolant quatre cents fois supérieur à celle de la tôle et disponible à un prix défiant toute concurrence, tels sont les arguments avec lesquels l’ingénieur veut convaincre les investisseurs, en vue d’une production à grande échelle à Ouagadougou, au Burkina Faso, dans un premier temps.